• campagne St Laurent censurée. Mars 2017
  • Milly, Prabal Gurung, Christian Siriano
  • PRABAL GURUNG
  • La top model plus size Candice Huffine chez Prabal Gurund.
  • PRABAL GURUNG
  • Alexis Mabille
  • A.C Husson et T. Mathieu. Le féminisme
  • Affiche du film Numéro Une, film réalisé par Tonie Marshall avec Emmanuelle Devos, Suzanne Clément. Nov 2017
  • maison Dior, Maria Grazia Chiuri.
  • badges "Fashion stands with Planned Parenthood" en soutien au planning familial après l'élection de D.Trump
Liens annexes
Le féminisme, Husson et Mathieu we will not be silent prabal gurung

politiquement mode

La mode entretient des relations fluctuantes avec la cause féminine. Entre diktats, sexisme et outil de libération de la femme, elle navigue sur les flots de l’actualité avec plus ou moins d’engagement. Souvent pointée pour son manque de représentation des minorités, et perméable à l’actualité, la mode tente de traiter la question du féminisme et panser ses plaies. Rappelons, en mars 2017, l’élaboration d’un cadre législatif de lutte contre les affichages jugés sexistes et discriminatoires pour les femmes après une campagne de l’entreprise Saint-Laurent, qui montrait des femmes dénudées, soumises, extrêmement maigres, déformées par la retouche photo, le tout dans des positions dégradantes. Outre-atlantique, ce sont les saillies de l'actuel Président américain, qui réveillent les créateurs new-yorkais pour faire passer sur leurs podiums de nombreux messages politiques de défense des droits fondamentaux. Négligées, abîmées, humiliées, les femmes ont été mises à mal dans la campagne présidentielle de Donald Trump. Sa victoire aux élections a donné lieu à de nombreuses réactions du monde de la mode. Dès la fashion week de février, Donatella Versace couvre ses mannequins de mantras puissants "Love", "strenght", Sonia Rykiel signe un pull "Les nanas au pouvoir". On verra aussi le slogan "We are all human beings" chez Milly, "The future is female" chez Prabal Gurung, ou "People are people" chez Christian Siriano. En septembre 2017, la mode est invitée à découvrir les premiers pas de Maria Grazia Chiuri chez Christian Dior. Première femme à la tête de la maison légendaire, elle en profite pour proposer lors du défilé une pièce particulièrement expressive, un simple t-shirt blanc, sur lequel s'inscrit en lettres majuscules le message suivant : "We should all be feminists". Au-delà de l'exercice facile et sans doute très lucratif, du t-shirt militant, certains travaillent davantage sur les étoffes, les coupes, pour traduire l'humeur fébrile face à la situation politique. Les vêtements véhiculent un message de paix chez Alexis Mabille sous forme de colombe et de brin d'olivier. En édition, citons pour finir le livre d’Anne-Charlotte Husson et Thomas Mathieu  qui co-signent une BD sur l'histoire des mouvements féministes.On y retrouve les principales étapes du mouvement féministe, comme le retentissant procès de Bobigny sur l’avortement en 1972, un résumé de la vie d’Olympe de Gouges, auteure d’une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, le discours constructiviste du Deuxième sexe illustré en pâte à modeler ou des dessins de l’Assemblée nationale, de Cécile Duflot ou Rachida Dati, accompagnés de saillies sexistes véridiques. Reste à se poser la question suivante: réel engagement ou opportunisme lucratif ?

Brèves précédentes
Kasimir Malévitch, 100 ans après Camouflage non militaire 20 ANS DE PROTOTYPES - PROLONGATION
Liens annexes
Métafaux design Point Suprême architectes Antoni Burakowski - Alison Roberts